Alliance suisse des samaritains
Alliance suisse des samaritains
Martin-Disteli-Strasse 27
4601 Olten
Telefon 062 286 02 00
Fax 062 286 02 02
office@samariter.ch

Les moniteurs de cours et leur devoir de loyauté


Les personnes qui dispensent des cours de premiers secours profitent des formations, des perfectionnements, des certifications et des moyens didactiques mis à disposition par l'Alliance suisse des samaritains (ASS). Pour cette raison, les moniteurs de cours ASS ne peuvent pas s'engager dans des activités d'enseignement sans l'accord de leur section.

Il semblerait que certaines sections ne savent pas ce que font leurs moniteurs de cours, ces derniers organisant des formations pour leur propre compte. Est-ce admissible sans l'accord de la section de samaritains ?

Les objectifs des sections
En qualité d'antennes locales de l'ASS, les sections de samaritains s'engagent à former la population en premiers secours. L'objectif est qu'en cas d'accident, quiconque soit en mesure de réagir rapidement et de manière appropriée. Pour cette raison, la plupart des sections aimeraient dispenser le plus grand nombre de cours possible.

Attentes des participants
Les participants au cours de premiers secours ainsi que les entreprises ou clubs de sport qui envoient leurs membres en formation s'attendent à trouver des moniteurs compétents et méthodologiquement au point, une documentation à la hauteur et une attestation reconnue.
Si les participants apprennent, de manière directe ou indirecte, que le moniteur ou la monitrice est une personne active au sein de l'Alliance des samaritains, ils en concluent que c'est l'ASS, respectivement la section locale, qui se portent garantes de la qualité.
Les personnes qui dispensent des cours en utilisant les moyens didactiques de l'ASS et qui délivrent des attestations de l'ASS sont considérées comme des représentants de l'Alliance par les participants. Il en va de même pour celui ou celle qui endosse la tenue de travail de la section ou qui se présente comme monitrice ou moniteur certifié.
Les personnes qui se prévalent des mérites de l'ASS ne peuvent pas se désolidariser de l'Alliance lorsqu'elles donnent des cours. Ce serait déloyal.

Analogie avec les emplois à temps partiel
À l'image des employés à temps partiel, les moniteurs élus par une section sont tenus de l'informer s'ils souhaitent dispenser un cours à la demande d'une organisation tierce ou de leur propre initiative. Ils ne peuvent pas le faire sans l'accord explicite de leur section. Il n'est pas concevable d'être monitrice ou moniteur de cours rattaché à une section de samaritains et simultanément, de lui faire de la concurrence ou de se faire embaucher par la concurrence.
L'assurance RC de l'ASS ne pourrait pas non plus être actionnée dans le cadre d'un cours donné sans l'assentiment de la section.

Intérêts légitimes des sections
En général, les sections de samaritains participent aux coûts de formation des moniteurs pour des montants variant entre 5000 et 10000 francs (en cas de défraiement pour perte de gains). Ensuite, les sections, les associations cantonales et l'organisation centrale supportent les frais des perfectionnements et mettent la documentation à disposition. Les moniteurs doivent donner de nombreux cours jusqu'à ce que ces sommes soient amorties. Il est donc légitime que les sections cherchent à retirer un avantage financier des cours donnés par les moniteurs qu'elles ont contribué à former.
Autrefois les sections acceptaient, souvent à contrecœur, que leurs moniteurs donnent des cours pour leur propre compte. Aujourd'hui, il convient de rappeler que la certification ResQ est attribuée aux moniteurs par le truchement de l'ASS et qu'elle leur serait retirée en cas de conflit avec leur section parce qu'en raison de leurs activités privées, ils ne sont plus en mesure d'assumer leurs tâches à son égard (ils ne pourraient d'ailleurs plus non plus utiliser la documentation de l'ASS). Les sections sont donc en droit d'exiger plus de loyauté qu'auparavant.

Intérêts légitimes des moniteurs
Il semble que pour une part toujours plus importante de moniteurs, dispenser des cours de premiers secours représente une opportunité de gains accessoires. Il n'y a pas de raison que les sections s'y opposent par principe. Les personnes qui investissent du temps dans une formation souhaitent faire valoir leurs acquis et dispenser des cours correspond parfaitement aux objectifs des sections de samaritains.

Se parler
Les sections s'attendent à ce que les moniteurs de cours participent à la vie associative afin de renforcer la base. Cependant, leur temps est limité.
Les moniteurs souhaitent améliorer leur ordinaire en donnant des cours et les sections cherchent à couvrir les frais occasionnés par les moniteurs avec les revenus provenant des cours et à en retirer un bénéfice supplémentaire pour financer la vie de la section.
Certains donnent des cours alors que d'autres effectuent des services sanitaires, organisent des exercices de section ou la sortie annuelle. Chaque tâche prend du temps et coûte de l'argent, et finalement, tout le monde doit y trouver son compte.
En théorie, tout est simple et clair. Dans la pratique, il peut s'avérer compliqué de trouver une solution équitable, mais la démarche est absolument indispensable.

Kurt Sutter/cli

Partenaires
  • logo Zewo
  • Organisation de sauvetage de la CRS logo Croix-Rouge suisse