Alliance suisse des samaritains
Alliance suisse des samaritains
Martin-Disteli-Strasse 27
4601 Olten
Telefon 062 286 02 00
Fax 062 286 02 02
office@samariter.ch

Le bénévolat dans une société en mutation


Au cours des dernières années, les conditions dans lesquelles s'exerce l'engagement bénévole se sont profondément transformées. La stratégie 2012 en tient compte avec la formation selon un système modulaire et l'ouverture sur la professionnalisation partielle.

En comparant les conditions qui prévalaient il y a une trentaine, voire une cinquantaine d'années, force est de constater que la société à vécu de profonds bouleversements.

Changements fondamentaux
Les habitants d'Olten qui sortent au cinéma se rendent à Zurich, ceux qui préfèrent le théâtre vont à Berne ou à Bâle et d'autres encore iront s'encanailler dans une discothèque d'Aarau. Nous sommes devenus beaucoup plus mobiles et notre espace quotidien s'est considérablement élargi. Du même coup, il est devenu plus anonyme. La pression sociale s'est assouplie et, pour autant que nous disposions d'autonomie financière, nous disposons d'une plus grande marge de liberté quant à la manière dont nous aménageons notre vie. Nos salaires ont augmenté alors que les heures travaillées ont subi une baisse. En revanche, les trajets pour se rendre au travail se sont allongés. Le revers de cette prospérité matérielle est une agitation généralisée et le sentiment d'être fréquemment sous pression.
D'une manière générale, nos choix sont gouvernés par le désir de mener une vie intéressante et bien remplie.

Temps social, temps de consommation sociale
Le modèle de pensée qui distingue entre :

  • le temps dédié au travail pour gagner de quoi financer notre existence,
  • le temps pour soi nécessaire au ressourcement,
  • le temps social que nous consacrons aux relations avec les autres, par exemple au sein d'une société ou d'une association,

se modifie dans la mesure où la consommation occupe une part de plus en plus importante dans le temps social, créant ainsi une catégorie de travailleurs qui y pourvoit.

Consommation sociale payante
Le nombre de personnes qui consacrent de l'énergie et du temps à titre bénévole pour organiser une vie associative est en baisse constante. La charge des quelques rescapés qui forment le moteur des sociétés devient de plus en plus difficile à assumer.
En revanche, le public tend à percevoir ces prestations comme une variante parmi d'autres activités de loisirs à consommer. Pour passer une bonne soirée, j'ai le choix entre la boîte à la mode, le club de sport, le centre de fitness ou un exercice avec la section de samaritains. Qu'est-ce qui m'apporte le plus dans mon projet d'accomplissement personnel et où dois-je payer combien ?

Et les sections de samaritains ?
Un des objectifs principaux de la stratégie 2012 est une vie associative attractive pour les membres des sections. Son corollaire est d'utiliser les forces en présence de manière optimale pour animer une vie associative réellement intéressante.
La formation modulaire offre la possibilité de répartir les charges de direction et d'encadrement sur plusieurs épaules. Par conséquent, le cercle de membres engagés, disposés à collaborer plus intensément et capables de le faire devrait s'agrandir.
En revanche, si les membres actifs d'une section se perçoivent avant tout comme des consommateurs de temps social, la professionnalisation partielle des fonctions d'encadrement semble inéluctable. Dès lors, elles devront être financées par les membres actifs ; soit sous la forme de cotisations, ou sous forme d'engagements dans des services sanitaires, des collectes de sang ou dans le cadre du Service sanitaire coordonné qui ont des retombées financières pour la section.

Kurt Sutter/cli


Partenaires
  • logo Zewo
  • Organisation de sauvetage de la CRS logo Croix-Rouge suisse