Alliance suisse des samaritains
Alliance suisse des samaritains
Martin-Disteli-Strasse 27
4601 Olten
Telefon 062 286 02 00
Fax 062 286 02 02
office@samariter.ch

Communiqué de presse du 23 mars 2007

 
Prise de position de l'Alliance suisse des samaritains
 
Réanimation cardio-pulmonaire, enseignement inchangé
 
Une étude japonaise publiée récemment met en doute le bien-fondé de la respiration artificielle en cas d'arrêt cardiaque. Mais pour le moment, l'Alliance suisse des samaritains maintient la cadence de deux insufflations pour trente compressions dans son enseignement.
 
À la mi-mars, la célèbre revue médicale anglaise The Lancet publiait une étude japonaise selon laquelle des spécialistes arrivent à la conclusion qu'il faut réviser la technique de réanimation cardio-pulmonaire. L'Alliance suisse des samaritains (ASS) en prend acte et adaptera ses directives d'enseignement pour les cours de sauveteur et de réanimation cardio-pulmonaire si les instances compétentes l'exigent.

L'ASS applique les consignes de la Conférence suisse de médecine d'urgence et de sauvetage (Smedrec) qui s'aligne sur les directives internationales. Celles qui sont en vigueur actuellement datent de 2005, une révision étant prévue en 2010. Les spécialistes de la Smedrec connaissent l'étude japonaise et s'ils l'estiment nécessaire, ils procéderont à des changements avant l'échéance.

Quoi qu'il en soit, l'Alliance des samaritains se concertera avec les autres organisations formant des secouristes bénévoles afin d'introduire d'éventuelles modifications de manière concertée. Un certain temps de latence est cependant inévitable.

Aujourd'hui déjà, selon les dernières directives, la respiration artificielle prend moins de place dans la réanimation cardio-pulmonaire. Le rapport entre compressions thoraciques et insufflations a été ramené à 30 : 2 (au lieu d'anciennement 15 : 2). Depuis un certain temps, plusieurs études tendent à minimiser l'importance de la respiration artificielle.

Cependant, les spécialistes attirent l'attention sur le fait que les insufflations demeurent indispensables en cas de noyade et dans d'autres situations d'arrêt respiratoire.

Alliance suisse des samaritains, ASS, le 23 mars 2007
 
Pour plus d'information
Roland Marti, adjoint de la responsable du Service de la formation de l'ASS, 062 286 02 72
Eugen Kiener, responsable du Service de la communication, 062 286 02 27


Partenaires
  • logo Zewo
  • Organisation de sauvetage de la CRS logo Croix-Rouge suisse