Alliance suisse des samaritains
Alliance suisse des samaritains
Martin-Disteli-Strasse 27
4601 Olten
Telefon 062 286 02 00
Fax 062 286 02 02
office@samariter.ch

Communiqué de presse du 13 janvier 2012

Constat alarmant

Une personne sur deux seulement connaît le numéro d’urgence 144

Un sondage de Bâloise Assurances et de l’Alliance suisse des samaritains (ASS) montre qu’une fois sur deux, les secours arrivent trop tard en cas d’urgence, car seuls 50% des personnes interrogées connaissent d’emblée le numéro des urgences sanitaires, le 144. Et les autres numéros d’urgence suisses ne sont guère mieux connus. Fidèle à sa devise «Votre sécurité nous tient à cœur», la Bâloise distribue en collaboration avec l’ASS des cartes avec les numéros d’urgence, afin de combler cette lacune.

Un habitant sur deux seulement connaît le numéro suisse pour les urgences médicales, le 144. C’est ce que montre un sondage représentatif de Bâloise Assurances et de l’Alliance suisse des samaritains (ASS). Une personne sur trois ne sait pas quel numéro composer. Ces personnes doivent soit demander d’abord à quelqu’un, soit rechercher le numéro. Une sur cinq arrive tout de même au bon endroit, avec des détours, par exemple après avoir composé le numéro d'urgence de la police ou des pompiers.

Les deux tiers des personnes interrogées connaissent d’emblée les numéros de la police (117) et des pompiers (118). Le numéro de la Rega est beaucoup moins connu, un tiers seulement des personnes interrogées connaît le 1414. Le numéro d’urgence européen, le 112, est même inconnu de 90% des personnes interrogées. Le 145, numéro d’appel d’urgence du centre d'information toxicologique, arrive en dernière place. Sept pour cent seulement des personnes interrogées connaissent ce numéro.

Expliquer pour plus de sécurité

Si on connaît le bon numéro, on obtient plus rapidement de l'aide. C’est pourquoi la Bâloise Assurances et l'ASS s’associent pour informer à grande échelle la population suisse. «Pour l’ASS comme pour la Bâloise, la sécurité des gens est fondamentale. Nous allons dans un premier temps distribuer environ un demi million de petites cartes de visite contenant les six numéros d’urgence les plus importants de Suisse», explique Tobias Löhrer, responsable du Monde de sécurité Bâloise Suisse. D’autres actions sont prévues.

Une perte de temps aux conséquences dramatiques

Une personne sur deux perd du temps, des minutes précieuses, parce qu’elle ne connaît pas le numéro 144 pour les urgences sanitaires. En cas d’infarctus du myocarde, d’arrêt respiratoire, d’hémorragie importante ou d’inconscience, chaque minute compte car une vie est en danger. De tels faits peuvent être rapidement mortels. «En appelant le 144, la personne profane qui porte secours ou la personne touchée elle-même reçoit déjà de l’aide par téléphone. Les médecins donnent des conseils importants pour les premiers secours avant l’arrivée des secours sur place. Grâce aux consignes données, même des profanes peuvent sauver une vie,» explique Roland Marti, responsable de la formation à l’ASS.

Vendredi 13

Les premières cartes avec les numéros d’urgence sont distribuées aujourd'hui, vendredi 13 janvier, dans toute la Suisse. La journée de la sécurité de la Bâloise a lieu chaque vendredi 13. C’est une tradition, lors des trois journées de la sécurité en 2012 (13 janvier, 13 avril et 13 juillet), les collaborateurs de la Bâloise rendent la Suisse plus sûre. Dans les stations-service Coop Pronto, des activistes de la sécurité de la Bâloise nettoient les pare-brises des voitures pour une bonne vision de la route. A cette occasion, des protecteurs nano GLASS et des cartes avec les numéros d’urgence seront également remis.


CONTACT:

Amos Winteler, Bâloise Assurances, responsable Communication Suisse
amos.winteler (arobace) baloise.ch, tél.: +41 58 285 74 70

Eugen Kiener, Schweizerischer Samariterbund, Leiter Kommunikation
eugen.kiener (arobace) samariter.ch, tél: +41 62 286 02 27

Partenaires
  • logo Zewo
  • Organisation de sauvetage de la CRS logo Croix-Rouge suisse